AV&R

Comment la robotique accompagnera la reprise des activités du secteur MRO ?

Point de vue de spécialistes du domaine depuis 20 ans

En tant que spécialistes de systèmes robotisés pour les turbines à gaz depuis plus 20 ans, nous observons avec attention l’évolution de la situation de l’industrie aérospatiale. Depuis un an, la pandémie mondiale a mis un coup d’arrêt brutal à la maintenance et réparation des moteurs d’avion (MRO). Cependant, les centres de maintenances envisagent une reprise progressive de leur production à partir de la deuxième moitié de l’année 2021. Nos discussions récentes avec des acteurs clés du domaine nous confortent dans l’idée que les opérations de MRO connaîtront une augmentation notable à la fin 2021 ou en 2022. Comment les centres de maintenance pourront-ils relancer leurs opérations de manière efficiente ? Quel impact la technologie peut-elle avoir dans cette reprise ?

Une industrie aérospatiale fortement touchée

L’année 2020 a été la pire année pour l’industrie aérospatiale. Par rapport à 2019, les compagnies aériennes au niveau mondial ont connu une diminution moyenne de 66 % du trafic aérien, entraînant des baisses de revenus massives de 60,9 %. Ces chiffres varient selon les régions,. Le marché intérieur chinois a retrouvé son niveau de trafic de 2019, mais les vols internationaux sont encore très limités.

Afin de survivre, les compagnies aériennes ont diminué drastiquement leurs coûts, notamment ceux reliés à la maintenance des avions. Une des stratégies employées a été de reporter la maintenance des avions et de recourir à ceux non utilisés pour cause de pandémie. Les compagnies aériennes tentent ainsi de maximiser l’utilisation du temps de vie avant maintenance de leurs appareils. Le nombre d’appareils nécessitant des réparations, actuellement cloués au sol, est donc en forte augmentation.

Cette crise a eu un impact direct dans le secteur du MRO avec une baisse d’environ 40 % des activités en 2020. Les entreprises ont ainsi dû fermer temporairement, voire définitivement, leurs usines de maintenance et réparation. Conséquemment, de nombreux opérateurs qualifiés spécialisés du domaine ont été mis à pied.

Une autre conséquence a été la mise à la retraite anticipée d’avions plus âgés et la récupération de pièces encore valables. À court terme, ce phénomène pourrait impacter négativement le marché de la réparation et du remplacement de pièces.

Les hypothèses pour la reprise des activités

Deux scénarios sont entrevus par les spécialistes concernant la reprise des activités : une reprise soudaine des vols ou une reprise plus graduelle. Comme les capacités de MRO ont grandement était réduites durant la crise et que les avions à réparer sont plus nombreux, une reprise soudaine causerait des engorgements et des délais importants. Une reprise plus progressive minimiserait ce problème, mais le défi de rebâtir l’expertise perdue au cours de la dernière année serait présent.

Nous pensons qu’une reprise soudaine est probable considérant les vaccins désormais disponibles, les pressions économiques à rouvrir les frontières et l’empressement des populations à recommencer à voyager.

Selon le rapport d’Oliver Wyman, Global Fleet and MRO Forecast 2021‑2031, la reprise des activités MRO est indéniable. Débutant en 2021, la croissance des opérations MRO devrait être plus notable à partir de 2022, avec une augmentation moyenne annuelle estimée de 3,7% , et variera selon les zones géographiques.

Les investissements technologiques pour accompagner la reprise

Les experts prévoient une nouvelle réalité pour les entreprises MRO dans les années à venir. Être capable de s’adapter aux faibles volumes actuels et à une augmentation rapide à venir est la clé de la réussite pour les opérateurs MRO. La perte de main d’œuvre qualifiée et la gestion du personnel est un frein à cette adaptabilité. Le recours aux systèmes robotisés, pour augmenter en cadence rapidement, et éviter les coûts de recrutement et de formation de main d’œuvre, permettra donc de répondre à ces difficultés.

Il est à noter que la technologie robotisée permettra de répondre aussi aux requis de tolérances plus serrées pour la réparation des moteurs de dernières génération (ex : LEAP, GTF…). En effet, lorsque la réparation de profils des aubes atteint des tolérances de quelques microns seulement, seule l’utilisation de systèmes robotisés et de l’intelligence artificielle permettra de rencontrer les exigences des manufacturiers de moteur d’avion.

Enfin, les entreprises MRO qui seront capables d’offrir un temps de réparation réduit seront des partenaires recherchés par les compagnies aériennes qui auront besoin de contrôler leurs coûts afin de sortir de la crise actuelle.

La crise du COVID-19 a redéfinit en profondeur le secteur aérospatial que nous connaissions. Les experts discutent des différents scénarios de reprise, plus ou moins optimistes, mais s’entendent tous sur un rebond progressif des activités MRO dans les prochaines années. Les entreprises se tournent davantage vers la technologie pour les aider à traverser la crise. La robotique sera l’une des clés de l’après-crise, notamment pour le secteur MRO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *